Jester, le Catboat de Blondie Hasler


Article réalisé pour Actunautique

Auteur : François MEYER



Lors des premières courses de la Transat Anglaise OSTAR, un curieux Catboat, intégralement
ponté, de 7m50, fini deuxième lors des deux premières éditions.


Un bateau mené par un dur à cuire

Herbert Blondie Hasler était un célèbre officier commando des Royal Marines durant la Seconde Guerre
Mondiale.
Il est à l'origine des courses transatlantiques en solitaire du début des années 1960.


Hasler mena à bien l'opération secrète Frankton, en décembre 1942 dans la France occupée. Il s'agissait
d'approcher la côte française en sous-marin, d'y débarquer des kayaks et de remonter la Gironde pour
miner des bateaux allemands dans le port de Bordeaux…
De retour en Angleterre, il inventera là-bas un grand kayak entièrement ponté destiné à la navigation
hauturière.



Après guerre, il se tourna vers des activités plus pacifiques de courses à la voile. Hasler mûrit dès 1956,
l’idée d’une course transatlantique en solitaire reliant Plymouth à New-York.


Un pont de kayak et une voile de jonque

Pour la première édition de l’OSTAR en 1960, Hasler acquit "Jester", un Catboat de 25 pieds, qu'il modifia
profondément en supprimant le cockpit et le pontant intégralement, et en y ajoutant deux trous d’homme
qui lui permettait de manoeuvrer depuis l’intérieur. Ce plan de pont ressemblait beaucoup à celui du
grand Kayak développé pour la Royal Navy après le raid sur Bordeaux… Enfin, il installa un gréement latté
de Jonque, facile à manœuvrer.


L'inventeur du régulateur d'allures

Hasler prétendait pouvoir traverser l’atlantique sans même mettre le pied sur le pont !
Il installa un régulateur d’allures de sa conception, qui servit de modèle à tous les régulateurs commercialisés
depuis lors, lui permettant de dormir relativement tranquille en route.


Il choisit la route nord, et rejoignit, sur Jester, New-York en 47 jours.
Il finit la course second, derrière Chichester sur Gipsy Moth III, un bateau de plus de 12m, qui rallia
New-York en 40 jours. 


Second derrière Tabarly 

Hasler rengagea Jester lors de la seconde course OSTAR en 1964.
Il termina en 37 jours, 10 jours de moins que 4 ans auparavant, mais loin derrière la nouvelle étoile montante,
Éric tabarly, qui finit sur Pen Duick II en 27 jours seulement.


A la suite de cette course, Hassler, lassé par le tapage médiatique, se retira des courses en mer et coula
enfin des jours paisibles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck

Essai Voilier : Archambault Surprise

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?