Articles

Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres

Image
  Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres 21 JANVIER 2021 Rédigé par François Meyer - ActuNautique Magazine A l'origine de tous les cordages, sont les fibres, naturelles ou synthétiques, toronnées ou tressées. Les fibres industrielles utilisées dans la plaisance appartiennent à cinq catégories. Avantages et caractéristiques dépendent des compositions qui affectent aussi leurs usages. Les fibres naturelles Les fibres naturelles comportent les fibres animales, qui ne sont pas employées à bord de navires, il s’agit des laines de poils, mais aussi du filage de fils de bave de larves, comme la soie. Les fibres naturelles végétales sont utilisées par l’homme qui en réalise des cordages depuis la nuit des temps. Les fibres peuvent être issues de feuilles (sisal), de tiges (chanvre, lin, jute), de fruits (coton) ou encore de fleurs comme le chanvre. Avant l’arrivée des fibres synthétiques, les écoutes, drisses et surtout amarres étaient réalisées en câbles de chanvre, puis imperméabi

Bouts, drisses et cordages (2/3) - Les drisses et écoutes

Image
  Bouts, drisses et cordages (2/3) - Les drisses et écoutes 21 JANVIER 2021 Rédigé par François Meyer - ActuNautique Magazine Par le passé, écoutes et drisses étaient réalisées en fibres naturelles puis toronnées, à la manière des amarres. Il n’en est plus rien aujourd’hui et ces cordages sont réalisés de manière composite, en matière synthétique afin d’atteindre les propriétés recherchées. Comment sont construites une écoute ou une drisse, quelles sont leurs caractéristiques, comment les appréhender ? Quelles sont les caractéristiques des écoutes et des drisses ? A la différence des amarres, que nous avons déjà étudiées, drisses et écoutes doivent offrir une élasticité limitée, ce sont des cordages raides. Une voile étarquée ou une écoute bordée doivent conserver leur réglage. L’élasticité se caractérise via le module de Young, une constante liant la traction et la déformation. La masse des écoutes et des drisses doit être contenue pour éviter d’en placer dans les hauts et augmenter l

Bouts, drisses et cordages (1/3) - Les amarres

Image
  Bouts, drisses et cordages (1/3) - Les amarres 21 JANVIER 2021 Rédigé par François Meyer - ActuNautique Magazine Quelles sont les caractéristiques des amarres des navires de plaisance ? Comment sont-elles fabriquées et comment en optimiser la durée de vie ? Au programme aujourd’hui, un bout pas si simple : L’amarre ! Quand un bateau amarré est ballotté par les vagues ou le vent, des forces très importantes sont en jeu. Il est exclu d’amarrer un bateau lourd avec une drisse ou une écoute, au risque de faire des dégâts. Les qualités d’une bonne amarre En effet, écoutes et drisses se caractérisent par un très faible coefficient d’allongement (élasticité) au contraire des amarres qui peuvent s’allonger de 10% à plus 25 % de leur longueur sous charge. C’est ainsi qu’une bonne amarre est élastique et permet de soulager les efforts transmis aux chaumards, taquets et autres winches montés solidement à bord. Elle est aussi souple pour rester facile à manier, même salée, et résistante aux UV.

Joshua ou la lointaine origine des Imoca 60

Image
  Joshua ou la lointaine origine des Imoca 60 19 JANVIER 2021 Rédigé par François Meyer - ActuNautique Magazine Taillé pour affronter toutes les mers du globe, par tous les temps, et destiné à être mené, rapidement, par un seul homme, autour du monde, dans les meilleures conditions de sécurité possible, de quel navire s’agit-il ? Charral, Yes We Cam, Apicil, Hugo Boss? Un indice ? C’est un ketch rouge… Ce sont les départ du Vendée Globe 2020 et la relecture du merveilleux ouvrage de Bernard Moitessier qui m’ont fait réfléchir à “La Longue Route” mais aussi à la filiation forte qui unissent un Imoca 60 et Joshua, son célèbre ketch rouge, qu’il emmena participer au Golden Globe Challenge de 1968, première course autour du monde en solitaire. Joshua, le précurseur des Méta Conçu initialement comme “Maité”, un voilier plus petit, en bois, et dont l’architecte Jean Knocker avait gracieusement réalisé les plans, la rencontre avec Jean Fricaud fit naître un bateau “agrandi” de 15%, un ketch e

Bateaux célèbres : La Santa Maria, précurseur des courses transatlantiques en équipage

Image
  Bateaux célèbres : La Santa Maria, précurseur des courses transatlantiques en équipage 19 JANVIER 2021 Rédigé par François Meyer - ActuNautique Magazine Précurseur des courses transatlantiques en équipage, la Santa Maria établit le premier record mondial de vitesse sur un trajet transatlantique en équipage, en 59 jours. Quelles étaient l’allure, les caractéristiques et les équipements de ce navire qui, même s’il n’en a pas l’air, fait figure de précurseur des Imoca… Parti de Palos de la Frontera (Andalousie) le 3 août, le skipper de la Santa Maria a choisi une route sud pour éviter les Açores portugaises. Après une escale d’un mois à Gran Canaria, du 9 du même mois au 6 septembre, c’est le départ sur la route des Alizés, sud d’abord, à travers le Golfe de Guinée puis Ouest ensuite, pour la transatlantique proprement dite. Bon choix tactique que cette route sud, le skipper et son équipage ont su tirer le meilleur d’une météo favorable. Une traversée que bien d’autres connaîtront, avec

Nœuds et matelotage : Les nœuds de palan simples

Image
  Nœuds et matelotage : Les nœuds de palan simples 18 JANVIER 2021 Rédigé par François Meyer - ActuNautique Magazine Amarrer solidement une annexe sur un pont, tendre une toile, remplacer provisoirement un palan de grand-voile défectueux, les nœuds de palan permettent d'appliquer une tension sur un bout puis de le bloquer. Ce sont aussi des nœuds utiles dans la vie de tous les jours, quand il s’agit de sécuriser un arrimage sur une remorque, un pickup ou un camion. Image Ludovic Péron — Travail personnel, CC BY-SA 30 Pour Wikipedia Le principe du palan Un palan est un mécanisme de transmission de mouvement, composé d’une ou deux poulies, aussi appelées moufles, et de paires de brins dont le nombre détermine la démultiplication. Avec deux brins, la démultiplication s’élève à deux avec quatre, à quatre. La force nécessaire au déplacement d’un point est ainsi divisée par deux ou quatre. Attention à la charge Avant de détailler la façon de réaliser ces nœuds, il nous semble important d