Manœuvre : S'amarrer à des Ducs d'Albe

 Article publié sur Actunautique.com

Manœuvre : S'amarrer à des Ducs d’Albe

Duc d’Albe, vous avez dit Duc d’Albe ? S’ils ne sont pas très fréquents chez nous en dehors de Palavas, nos voisins allemands, bataves, scandinaves et italiens en raffolent pour l’amarrage portuaire soumis à faible marnage.
Comment s’amarrer proprement à une paire de Ducs d’Albe ?

Manœuvre : S'amarrer à des Ducs d’Albe

Ce bon Duc d’Albe

Ce sont des poteaux d’amarrage de forme allongée. Ceux qui nous intéressent aujourd’hui encadrent, par paire, une place du port côté opposé au quai et permettent aux amarres de coulisser avec la marée.

Poller en allemand, Bricola ou Palina en Italien, ces sortes de poteaux dessinent une porte à passer en marche arrière lorsqu’on s’amarre cul à quai. Ces poteaux métalliques ou réalisés en bois d’acacia sont fichés ou bétonnés au fon des ports.

Ils doivent leur nom au 3e Duc d’Albe, terrible gouverneur catholique espagnol des Pays-Bas du XVe siècle, qui, lors de la “Révolte des gueux”, faisait amarrer à des pieux, fichés sur l’estran, les huguenots bataves révoltés, pour les abandonner à leur sort, aux crabes et à la marée montante...

Le 3e Duc d’Albe

Pourquoi des Ducs d’Albe ?
Bien des ports ne sont pas munis de pontons flottants ou de catway autorisant les navires hébergés à monter et descendre au gré de la marée sans nécessiter une surveillance constante ni de devoir régler sans cesse la longueur des amarres.

Une palina veneziana

La difficulté avec le Duc

Ici amarrage sur un Duc d’Albe Nez au quai

Tout le sport avec ce système consiste à passer les deux amarres avant (une sur chaque bord) en double, autour du Duc d’Albe correspondant et ceci, sans gêner la marche arrière et le virage du bateau qui s’engage.
On doit gérer aussi, simultanément une marche arrière et un virage.

La préparation de la manœuvre

Comme toujours lorsqu’on envisage de s’engager dans une manœuvre de port, un certain nombre de préparatifs s’imposent.

Il est sage de repérer les places ouvertes aux plaisanciers de passage avant d’entamer la manœuvre ! Rien de plus désagréable que de se faire “expulser” une fois la laborieuse manœuvre -parfaitement- exécutée.

Prenez en compte la direction du vent et celle du courant pour déterminer quel Duc d’Albe amarrer d’abord (celui au vent ou en amont du courant).

Observez le quai pour visualiser comment amarrer le cul une fois stoppé dans la place. Pour effectuer ces observations, personne ne vous en voudra, bien au contraire, si vous effectuez un “tour de visite” avant de vous engager. Ce tour offre aussi l’occasion de visualiser comment ressortir de la place si rien ne se passe comme prévu !

Informez votre équipage, équipé de chaussures et de gants, des forces en jeu et des rôles de chacun. Assurez-vous que chacun sache réaliser un tour mort et un nœud de taquet ou de cabestan ! Puis informez et décrivez votre manœuvre aux bonnes volontés présentes.

Préparez deux amarres à l’avant, tournés sur les taquets d’amarrage avant et passés sous les balcons et filières avant de revenir dans les mains du/des équipiers placé(s) à l’avant. Préparez et installez les défenses en prenant en compte la hauteur du quai et la position finale des Ducs d’Albe par rapport au bateau.

Il ne sera jamais inutile de faire conserver un pare battage en main par un membre d’équipage lors de la manœuvre. L’essentiel consiste en une information claire des rôles des uns et des autres ainsi qu’en une bonne anticipation de la manœuvre.

Enfin, visualisez et prenez en compte l’effet de pas de votre hélice : En marche arrière, une hélice à pas à droite (en avant) enverra l’arrière vers tribord. A l’inverse, une hélice à pas à gauche (en avant) enverra l’arrière à bâbord .

La séquence de la manœuvre proprement dite

  • Engagez la marche arrière suffisamment loin de la place afin de gagner de l’erre et de la manœuvrabilité.
  • A une demi-encablure de l’entrée de la place, matérialisée par les pieux, virez vers l’entrée de la place. Ne virez pas trop serré ou c’est la collision instantanée avec un Duc d’Albe, très solide…
  • Lors de l’entrée dans la place, les équipiers d’avant, préalablement reculés au niveau du maître bau prennent les Ducs d’Albe “au lasso” dans une boucle d'amarre passée en double. Cette opération se réalise plus facilement depuis la plus grande largeur du bateau.
  • Une fois la moitié de l’embarcation entrée dans la place, passez le moteur au neutre.
  • Laissez filer les amarres avant en conservant l’extrémité libre, mais après l’avoir passée sous son taquet avant.
  • Stoppez le bateau avez un léger coup de fouet.
  • Tournez les amarres avant.
  • Engagez une marche arrière légère pour vous rapprocher du quai.
  • Déposez-y un équipier avec les amarres arrières destinées à être frappées sur le quai.
  • Passez au point mort.
  • Surveillez absolument la position de l'arrière par rapport au quai lors de cette phase.
  • Réglez et tournez les amarres.
  • Coupez le moteur.

Manœuvre alternative

Une autre manière de faire consiste à procéder un peu comme avec une pendille.

  • On entre en arrière en prenant (si possible), en double dans une boucle l’amarre tournée sur le taquet avant au vent, le duc d’Albe correspondant. Attention il faudra parfois doubler les amarres en fonction de la longueur du bateau ! On peut aussi préparer une large boucle sur une extrémité de l’amarre pour attraper le Duc d’Albe au lasso.
  • On dépose à terre un équipier qui tourne les pointes arrières à quai.
  • On met ces dernières en tension au moyen d’une marche avant lente.
  • On passe le second duc d’Albe en s’aidant de la gaffe puis on règle les amarres.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?

Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres