Les différentes technologies de climatiseurs

Les différentes technologies d'air conditionné à bord des navires de plaisance




A bord des navires de plaisance, voiliers ou bateaux à moteur, climatisation rime avec générateur.

On se retrouve devant un choix difficile : embarquer et subir les bruits, nuisances et émissions d'un générateur et rafraîchir le bateau, ou souffrir de la chaleur. 

Au-delà de ce choix, on se trouve aussi face à une incohérence difficile à supporter : la nécessité d'emporter un générateur uniquement pour produire du froid. Un générateur qui nécessite entretien, vidanges et pièces détachées...

Les climatiseurs AC (230/115 V) conventionnels

En général, sur un catamaran conventionnel, on installe un groupe monobloc (un climatiseur comprenant un ventilateur et qui souffle de l'air frais dans un conduit court vers une bouche) par cabine. Compte tenu de la forte consommation de ces appareils et de la faible capacité de batteries des catamarans conventionnels, les chantiers installent alors des générateurs AC 230 V permettant de faire fonctionner ces climatiseurs monoblocs AC.

Si ces appareils fonctionnent très bien avec un générateur, ils sont issus du monde terrestre, un monde ou la fourniture d'électricité par le réseau était loin, jusqu'à récemment, de poser un problème. Ces appareils ne sont pas conçus pour limiter leur consommation électrique. Ils fonctionnent, à plein régime, selon des cycles marche/arrêt continuels, un thermostat coupant leur alimentation lorsque la température de consigne de la pièce est atteinte. Après quelques dizaines de minutes, ces appareils vont redémarrer à pleine charge, compresseur et ventilateur lancés à plein régime, jusqu'au prochain arrêt de cycle.



L'alternance de ces cycles marche-arrêts à pleine charge n'est pas de nature à offrir une consommation réduite tout comme elle produit une désagréable alternance sonore néfaste au sommeil. Côté consommation, ces appareils, pour 7000 BTU, consomment 5 à 6 A en 230 V, environ 1200 W.


Les climatiseurs DC conventionnels

Ces appareils, sont les cousins courant continu des appareils AC. Ils ne nécessitent pas de générateurs, mais consomment, pour un appareil de 7000 BTU environ 50 à 60 A en 12 V soient 600 à 800 W. Ils fonctionnent toujours toujours selon des cycles marche-arrêt successifs avec les inconvénients en termes d'inertie thermique et de bruit que nous avons évoqué plus haut.


Les climatiseurs inverter

Les climatiseurs inverters sont des appareils dont le mode de fonctionnement diffère radicalement de celui des appareils conventionnels. La production de froid se fait de manière identique mais sa gestion et sa distribution sont nettement plus abouties. Sur un inverter, plus de cycles marche arrêt ni de fonctionnement permanent à pleine charge.

Ce résultat est obtenu avec l'introduction d'une nouvelle technologie de compresseur, dite inverter, un fonctionnement à régime variable. De son côté, le fonctionnement du ventilateur est également finement régulé pour adapter sa vitesse de rotation à celle du compresseur. Une unité de contrôle intégrée gère ces paramètres de manière totalement transparente.

Ces climatiseurs sont fabriqués dans des versions AC 115/230 et DC 12/24 V et présentent des consommations électriques inférieures de près de 50% de celle des appareils à régime fixe. On parle de 30 A en 12 V DC, soient 360 W. 

Ce très faible niveau de consommation électrique les rend compatibles avec une utilisation sur batterie. 

La configuration habituelle est extrêmement simple. Un appareil 12 V 7000 BTU par cabine, alimenté directement par une batterie LiFePO4 de 150 ou 200 Ah.  



Sur un catamaran, les européens vont en installer un par cabine soient trois, quatre ou six SC07DC.

Dernier point, ces appareils sont évidemment réversibles et sont capables de produire de la chaleur.



Contactez-moi pour tout chiffrage ou demande de renseignements.
François MEYER 
francois@intotheboat.fr +33 638 26 48 79

Posts les plus consultés de ce blog

Manœuvres : Beacher proprement un bateau à moteur

Bateaux célèbres : La Santa Maria, précurseur des courses transatlantiques en équipage

Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres