Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité

Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité

Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité

Odeurs de renfermé, moisissures sur les textiles, les vaigrages et les boiseries, l’hiver apporte avec lui quelques désagréments à votre bateau. Condensation, parois froides, hygrométrie forte, comment venir à bout de ces phénomènes désagréables ?

La condensation naît du contact entre un gaz chargé en vapeur d’eau (pour nous l’air) et une surface plus froide de ce gaz (un hublot par exemple) et d’une propriété physique faisant que plus la température est faible, moins l’air est capable de contenir d’humidité… En hiver dans nos bateaux, l’air extérieur est fortement chargé en humidité (70 à 80% lors des pluies). L’intérieur, non chauffé, refroidit fortement en fin de nuit, tout particulièrement au niveau des parois vitrées ou métalliques. L’air humide, va relâcher son eau au contact de ces parois et créer de la condensation.

Laisser l’air circuler

Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
Pour limiter la quantité de d’air humide dans une partie spécifique du bateau, il est préférable de laisser toutes les portes de cabines, de placards et d’équipets ouvertes.
Pour traiter le problème, trois méthodes coexistent :

L’aération, ou le remplacement de l’air intérieur, vicié, par un air frais venant de l’extérieur

Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
L’aération : tout comme dans les VMC des maisons et appartements, le renouvellement de l’air peut abaisser le taux d’hygrométrie d’une pièce ou d’un bateau. Toutefois, quand il fait humide dehors, on renouvelle l’air intérieur avec de l’air humide ce qui n’aura qu’une incidence limitée.
Les bateaux d’il y a quelques années disposaient de manches à air orientables qui, hélas, sont passées de mode mais permettaient de forcer une quantité d’air assez importante dans la cabine. Les aérateurs plats remplissent cette fonction avec des débits moindres.

L’extraction de l’humidité

L’extraction de l’humidité : C’est la méthode de conservation militaire des équipements. On n’apporte pas d’air extérieur, mais on agit sur l’hygrométrie ambiante. C’est cette méthode qui correspond le mieux à nos bateaux.
Il existe trois méthodes pour déshumidifier son bateau :
  • Les sachets jetables
Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
L’installation de plusieurs sachets de ce type dans le bateau, à renouveler une fois dans l’hiver offre de légers avantages. C’est mieux que rien mais loin de régler le problème.
  • Les systèmes de déshumidification
Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
D’une puissance de 200 W, ils extraient l’eau de l’air et nécessitent une évacuation d’eau extérieure. Certains éjectent l’eau captée vers la cale qui contient la pompe. Une évacuation extérieure me semble plus sérieuse. La quantité d’eau extraite de l’air varie entre 10 et 20 L par jour !
  • Les climatiseurs de bord
Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
Pour les bateaux équipés de ces options, on peut être tenté de les actionner pour profiter des effets déshumidifiant qu’ils offrent. C’est une fausse bonne idée. Les petites climatisations 12 V sont des appareils de petite taille, absolument pas conçus pour fonctionner en continu. Les petits diamètres des conduits ont tendance, en utilisation continue, à se boucher en se chargeant de moisissure et à endommager l’appareil.

Le chauffage

Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
Une autre solution consiste à élever la température de la cabine afin que l’air puisse retenir davantage d’humidité sans condenser. Le chauffage électrique d’un bateau laissé seul est un sujet à prendre avec précautions. Les systèmes puissants à résistance et ventilateurs ne sont absolument pas prévus pour fonctionner en permanence sur de longues périodes. Le risque d’incendie est bien réel.
D’autre part, les bornes de quai de ports ne manquent pas de déconnecter les appareils à forte puissance branchés au quai en permanence, et ce, toutes les 24 h.
Une solution intelligente et sûre consiste à acquérir des câbles chauffants destinés à empêcher, à terre, certaines canalisations exposées, de geler.
Hiverner son bateau 4/6 - Lutter contre l'humidité
D’une puissance comprise entre 10 et 30 W au mètre, il suffit de dérouler entre 10 et 20 mètres à bord (pour 100 à 200 €), en un réseau unique passant dans toutes les cabines, pour disposer d’un chauffage permanent de 200 à 300 W. Certains systèmes sont munis de thermostats permettant de les couper lorsque la température dépasse les 15° par exemple. La consommation électrique horaire, inférieure à 200 W est compatible avec une utilisation permanente à quai. De plus, ces systèmes ont l’immense avantage de chauffer doucement et limiter ainsi le risque de feu.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck

Essai Voilier : Archambault Surprise

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?