Choisir sa route

Article publié sur Actunautique le 17/11/2019

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route

Prévoir la route que l’on va suivre, observez les dangers à éviter, déterminer des points de passage, envisager un itinéraire de repli, tenir compte du vent, de la dérive (vent et marée), autant de tâches à accomplir au chaud, à la table à carte plutôt que dans l’urgence d’un incident...

Même si les constructeurs des croiseurs modernes ont tendance à reléguer la table à cartes de voiliers au rang d’un petit bureau sur lequel poser un ordinateur portable, ce meuble présente l’indéniable avantage de pouvoir y déplier une carte papier !
Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
Au stade du choix de la route côtière, la carte papier dispose d’un immense avantage sur son homologue électronique. On y voit tous les dangers, les amers, les ports et les côtes sans jamais avoir besoin de zoomer d’une manière plus ou moins fastidieuse…
Et quand on choisit une route, il est dangereux de ne se focaliser que sur le mince couloir déterminé par les waypoints que l’on s'apprête à suivre.
Il est sage de visualiser en amont le relief de la côte, les dangers, les abris. La carte papier permet d’embrasser d’un coup d’œil la zone de navigation côtière.
Route de navigation 1/5 - Choisir sa route

Toujours voir grand

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
Ces trois mots ne signifient pas qu’il faille envisager des distances quotidiennes énormes mais insistent sur l’importance de la prise en compte des caractéristiques remarquables de la zone de navigation.
En effet, on sort toujours de sa route ! La dérive, une saute de vent, une manœuvre malheureuse, autant événements qui peuvent nous placer en dehors de la route choisie.
Les minutes passées à la table à carte avant l’appareillage à découvrir le contexte et la zone de navigation peuvent être précieuses et aider le skipper, lors de la survenue d’un événement, à prendre la bonne décision pour rester en sécurité...

Prendre les prévisions météo et les horaires de marée

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
Que la source de vos informations soient les bulletins côte de Météo-France, des fichiers Grib ou même un service d’aide au routage, la connaissance de la situation météorologique à court et moyen terme est indispensable.
Direction et force du vent, hauteur et direction des vagues, pluviométrie, heures des pleines et basses mers sont autant de paramètres pouvant influer sur votre route.

La dérive, la route de surface et la route de fond

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
Quand on est penché sur sa carte, à établir une route, le segment que l’on trace d’un point A à un point B c’est le cap vrai (CV).
Ce cap vrai sera impacté par la composante de dérive due au vent et deviendra la route de surface (Rs).
NB La dérive “Vent” s’estime en observant le sillage du bateau. Elle est en général comprise entre 0 et une dizaine de degrés au près serré.
Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
La route de surface, quant à elle, sera impactée, une fois installé dans le cockpit à la barre, par la composante de dérive due au courant pour former la route de fond (Rf).
NB La dérive “Courant” s’obtient en consultant les cartes de courant ou la table des courants des cartes marines.
Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
L’incidence de la dérive sur la route de surface donne la route de fond.
Au final, c’est la route de fond que suivra le bateau.

Prévoir des abris

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
En navigation à la voile, il est fréquent de devoir changer ses plans en cours de route.
Un enrouleur qui surpatte lorsqu’on est en équipage réduit, une latte de grand-voile qui casse, un vent qui fraîchit fortement et subitement, autant de situations qui peuvent exiger de se dérouter.
Or, se dérouter signifie examiner une nouvelle possibilité d’abri, de route en sécurité vers cet abri, en fonction de la météo, du vent et de la marée. Effectuer ces démarches quand on est déjà en situation de stress, de surcroît en équipage réduit peut interdire de disposer de toute la lucidité nécessaire à la marche du bateau en sécurité.
En revanche, se dérouter vers un abri, dont on aura examiné les abords quelques heures auparavant, permettra d’aborder le déroutement avec plus de sérénité…

Déterminer des points de passage

Route de navigation 1/5 - Choisir sa route
Bien que la distance la plus courte entre deux points demeure la ligne droite, en navigation à la voile, il est souvent nécessaire d’emprunter une route moins directe !
Pensez aux bords que vous allez tirer lorsque vous choisissez votre route.
Evitez le rase-cailloux pour avoir toujours assez d’eau sous votre vent pour faire face à un virement raté, une écoute de génois bloquée à contre ou tout autre incident imprévisible.
Déterminez vos points de passage (Waypoints) loin des obstacles et dangers. En équipage réduit, une drisse qui casse et un moteur qui ne démarre plus, son filtre colmaté par des impuretés brassées par les vagues, et c’est la catastrophe si on ne navigue pas à distance respectable de la côte ou des cailloux.

En mer, la sécurité est synonyme de prudence. C’est le bon sens avec une pointe de catastrophisme imaginaire.
A la table à cartes, adopter une attitude extrêmement prudente, lorsqu’on choisit sa route, en localisant ses abris de déroutement et les dangers au long de celle-ci, permet de partir l’esprit tranquille même si l’imprévisible demeure, par nature, impossible à prévoir !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck

Essai Voilier : Archambault Surprise

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?