Les risques du gaz à bord des navires de plaisance

Article publié sur Bateaux.com le 21/01/2019 


Auteur François MEYER

À bord, le gaz est un gros risque potentiel d'incendie et même d'explosion. Plus lourd que l'air il se stocke dans les fonds de cale et il suffit d'une étincelle (batteries, alternateurs, démarreurs, moteurs…) pour que nos bords se transforment en enfer.



Les gaz butane et propane principalement utilisés pour la cuisinière du bord sont des gaz plus lourds que l’air qui s’accumulent dans les fonds et au ras des planchers lorsqu’une fuite a lieu. Il suffit d'un mélange air/gaz avec 3% de gaz pour créer une situation explosive en présence d’un déclencheur.
Les bateaux étant construits avec une foule de matériaux combustibles, le risque de feu est omniprésent à bord. Le risque d'explosion de gaz est encore plus dévastateur. En effet, un effet de souffle important pouvant détruire le navire s'ajoute à l'incendie. Voici quelques exemples de situations suite à une fuite de gaz :

Un réchaud allume les rideaux

Un thermocouple défectueux sur un réchaud qui prend feu, les rideaux partent en fumée ainsi que le vaigrage du plafond…
Sur ce petit voilier anglais au mouillage, deux blessés, un grièvement brûlé au visage, le second légèrement aux mains.

Une veilleuse et un aérosol

Un aérosol insecticide vaporisé accidentellement vers la veilleuse d’un frigo à gaz et l’isolant présent derrière ce dernier s’embrase dans une fumée noire toxique…
Le voilier de voyage, en route au près vers Grenade, a encore 60 milles à faire au près et seulement deux membres d’équipage pour éteindre l’incendie. Grosse frayeur, mais pas de victimes.

Grande-Bretagne, crash test

Voici un crash test au moyen de l’explosion du contenu de deux bouteilles de gaz de 5kg déclenchée à l’aide d’une étincelle, panneau de descente fermé. Le bateau est soufflé et les mannequins témoins retrouvés à la mer, démembrés…

Tahiti, marina de Taravao


Le 17/12/2017 un 38 pieds explose à la marina, son propriétaire, gravement brûlé, procédait à des soudures, dans un environnement de fuite de gaz... Le moteur de l'annexe a été retrouvé à 30m de l'épave !
Le gaz à bord, lorsqu'il n'est pas maîtrisé, fait courir un danger mortel à l'équipage. Il existe pourtant des gestes simples de contrôle à réaliser et différents équipements permettant de dormir tranquillement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?

Essai Voilier : Archambault Surprise