Navigation - pourquoi les Grandes Marées ?

 

Navigation - pourquoi les Grandes Marées ?

Les marnages les plus faibles de l’année se déroulent aux périodes de solstices (24 Juin, 25 Décembre), les plus importants, au moment des équinoxes (deuxième quinzaine de mars et septembre).

Grande marée à Saint Malo

Grande marée à Saint Malo

Tout au long de l’année, certaines marées sont dénommées “grandes marées”. pourquoi et comment surviennent ces phénomènes ?

Impressionnantes par le marnage (amplitude marée haute - marée basse) important qu’elles offrent à voir, dévoilant d’immenses terrains de jeu aux pêcheurs à pied, les “Grandes Marées” peuvent aussi se montrer sous des aspects redoutables.

Les différences d’amplitude des marées

L'amplitude des marées
L'amplitude des marées

La marée et ses coefficients (détaillées dans notre article “Le pourquoi du cycle des marées), déterminent l’amplitude de celle-ci. Ces derniers s'échelonnent entre 20 et 120. On parle de “Vives-Eaux” pour les marées plus importantes que la moyenne, et de Mortes-Eaux, pour les plus faibles.

 

Certaines valeurs constituent des seuils qui portent des dénominations précises :
 

  • Coefficient 20 : C’est le plus faible coefficient correspondant aux “plus faibles marées de Mortes-Eaux de solstice (24 Juin, 25 Décembre)
  • Coefficient 45 : C’est le coefficient moyen de Marée de Mortes-Eaux.
  • Coefficient 70 : Coefficient de Marée Moyenne
  • Coefficient 95 : C’est le coefficient moyen de Marée de Vives-Eaux.
  • Coefficient 120 : C’est le plus fort coefficient correspondant aux “plus fortes marées de Vives-Eaux d'Équinoxe” des deuxième quinzaine de mars et septembre. Ces marées, rares, ont lieux en moyenne tous les 18 années.

Une marée va hériter de l'adjectif “grande” dès que son coefficient va dépasser les 95.

Quels phénomènes accentuent l’amplitude des marées ?

Les effets gravitationnels de la Lune et du Soleil

Perigée  de la lune et marées
Perigée de la lune et marées

Les astres exercent les uns sur les autres des forces gravitationnelles tendant à les attirer ou les éloigner les uns des autres.

La terre comporte d’importantes masses d’eau qui subissent, elles-aussi, les effets d'attraction de la gravité. Ainsi, sous l’effet du soleil et de la lune, la masse liquide des océans se déforme en fonction de l’importance de la force gravitationnelle qui lui est appliquée, ce sont les Vives-Eaux et Mortes-Eaux moyennes.

 

La marée de Vives-Eaux moyennes

Ce sont des marées de fort marnage que l’on rencontre lors des pleines et nouvelles lunes. Dans ces cas, la lune, le soleil et, la terre sont présents sur le même axe, c’est la syzygie. Les forces gravitationnelles de la lune et du soleil s’additionnent.

Ces phénomènes se produisent deux fois par mois et entraînent de fortes amplitudes de marée décrites avec des coefficients élevés (compris entre 70 et 95).

Les Marées de Mortes-Eaux moyennes

Ce sont des marées de faible amplitude que l’on rencontre lors de lunes montantes et descendantes, les premiers et derniers quartiers. Ici, lune, soleil et terre ne sont pas alignés. Les forces gravitationnelles de la lune et du soleil entrent en contradiction.

Ce phénomène se produit aussi deux fois par mois et se caractérise par une amplitude de marée faible annoncée par de faibles coefficients (compris entre 45 et 70).

Les phénomènes concourant aux grandes marées

Les grandes marées sont des Vives-Eaux et des Mortes-Eaux qui naissent d’une conjonction de facteurs d’origine astronomiques qui peuvent être accentués par des phénomènes météorologiques.

La position du soleil à l’équinoxe

Equinoxe et marées
Equinoxe et marées

La ligne d'équinoxe désigne une droite d'intersection entre le plan de l’orbite terrestre (orbite de la terre autour du soleil) avec le plan de l'équateur terrestre.

Un équinoxe ou point équinoxial désigne l’un des deux points formés à l’intersection de la ligne d’équinoxe et de la sphère terrestre. A ce moment, le soleil se retrouve dans le même axe que l’équateur. Son effet d’attraction sur les masses d’eau des est alors parfaitement symétrique, accentuant fortement l’effet gravitationnel du soleil.

Au Solstice, à l’inverse, le soleil est positionné sur un axe divergent de celui de l’équateur. C’est la période des Mortes-Eaux de Solstice, aux coefficients les plus faibles.

La forme de l’orbite de la lune

Perihélie et marées
Perihélie et marées

La lune parcourt, autour de la terre, une orbite non pas circulaire mais elliptique. Ainsi, en période de “Périhélie”, celle ci se retrouve plus proche de la terre, augmentant son effet gravitationnel sur les masses d’eau de cette dernière.

Ainsi, une très grande marée de Vives-eaux survient toujours avec la nouvelle lune ou la pleine lune et lorsque que le soleil se retrouve dans le même axe que l’Equateur, à l’équinoxe, et la lune dans sa phase orbitale rapprochée de la terre.

A l’inverse, les plus Grande Marées de Mortes-Eaux sont des marées de lune montante ou descendante, survenant au cours d’une orbite lunaire éloignée de la terre et lorsque le soleil se trouve sur un plan désaligné de l’équateur, au Solstice.

Pour 2020 :

  • Équinoxe de mars, Grande Marée de Vives Eaux - vendredi 20 mars 2020 à 04h49
  • Solstice de juin, Grande Marées de Mortes-Eaux - samedi 20 juin 2020 à 23h43
  • Équinoxe de septembre, , Grande Marée de Vives Eaux - mardi 22 septembre 2020 à 15h30
  • Solstice de décembre, Grande Marées de Mortes-Eaux - lundi 21 décembre 2020 à 11h02

Les effets météorologiques

La pression atmosphérique

Agues

La pression atmosphérique exerce une action constante sur le niveau de l’eau.

Une dégradation de cette “poussée” entraîne une élévation du niveau des eaux sur la zone soumise à la météo en question. C’est ainsi qu’une baisse de 10 HPa (hectopascals) entraîne une augmentation de la hauteur d’eau de 10 cm !

 

L’effet de frottement du vent

L'effet du vent sur les marées
L'effet du vent sur les marées

L’action prolongée du vent sur la surface de l’eau lève des vagues, c’est la mer du vent. Un vent soufflant à la côte va “pousser” et “lever” des vagues et augmenter ainsi la hauteur d’eau. A l’inverse, un vent portant au large va “aplatir” et “chasser” les vagues vers le large et diminuer la hauteur d’eau.

 

Si à ces moments des phénomènes météorologiques comme une tempête surviennent, c’est le drame. Ainsi, le 19 Septembre 1930, lors d’une Grande Marée de Vives eau d’Equinoxe, une forte dépression centrée sur les Iles Britanniques s’est déplacée en mer du nord causant des vents de force 9 Nord Est et des vagues déferlantes énormes cause la noyade de 207 marins pêcheurs bretons, la perte totale de 28 Dundee, la mise hors d’usage de 50 autres et le retour au chantier pour fortes avaries de 400 autres...

Depuis cet événement, les arrières des navires abandonnèrent leurs poupes à tableau pour des arrières plus effilés, voire pointus, capable d’encaisser les déferlantes par l’arrière lors des courses en fuite, seule allure, en dehors de la cape sèche, tenable par très mauvais temps. L'avènement de la motorisation et des capacités de manœuvres face aux vagues a signé le retour de ces arrières larges, sur les bateaux à moteur comme sur les voiliers, dévolus, désormais au beau temps

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck