Yachting - les bateaux de John Fitzgerald Kennedy, président, marin et skipper !

 

Yachting - les bateaux de John Fitzgerald Kennedy, président, marin et skipper !

S’il est un président qui ait aimé la mer et l'ait parcouru sur bien des types d'embarcations, c’est bien John Fitzgerald Kennedy... 

Voilier léger de sport, torpilleur rapide, motor yacht, yawl classique, découvrez les bateaux de JFK, le président Skipper.

Victura, le premier bateau de JF Kennedy
Victura, le premier bateau de JF Kennedy

Victura, un petit sloop classique

Le jeune JFK, né en 1917 dans une famille aisée dont le père, Joe, fit fortune durant la prohibition, passa par les meilleures universités de l’Ivy League et de Grande-Bretagne où il naquit sa passion pour la régate et la voile. Pour ses 15 ans, le chanceux jeune-homme reçut un très joli Wianno Senior de 25’, Victura, qu’il utilisera toujours. Ces voiliers classiques, à flèche, furent conçus pour les régates dans le détroit de Nantucket, les eaux les plus proches de la résidence d’été familiale des Kennedy à Hyannis Port.

Le torpilleur PT 109 du lieutenant Kennedy

Engagé volontaire dans l’US Navy après Pearl Harbor, le Lieutenant Kennedy commande un torpilleur rapide de la classe PT 103, le PT 109. Ces navires d’interception, d’une longueur de 24 m pour 57 tonnes (blindage et armement compris), embarquent trois moteurs V12 essence Packard de 1500 HP, soient 4500 HP, pour une vitesse de pointe de 41 nœuds. Ils sont armés de 4 tubes lance-torpilles, 2 canons et 4 mitrailleuses lourdes.

le torpilleur PT 109 du Lieutenant JF Kennedy
le torpilleur PT 109 du Lieutenant JF Kennedy


Le 1er août 1943, une flottille de 15 torpilleurs rapides de l’US Navy se dirige vers le convoi “Tokyo Express” japonais, afin de l'anéantir au milieu du détroit de Blackett près de l’Ile de Kolombaranga (Iles Salomon).
image blackett
Par une nuit sans lune, le PT 109 est éperonné puis coupé en deux par le destroyer japonais Amagiri (120 m).
Pendant 6 jours, les hommes de JFK, affaiblis, se remettront chaque jour à la nage, halant les blessés sur des radeaux, d'île en île, afin de se rapprocher des troupes américaines.

l'équipage du torpilleur PT 109 du Lieutenant JF Kennedy
l'équipage du torpilleur PT 109 du Lieutenant JF Kennedy

Ayant pu signaler leur position gravée sur une noix de coco et délivrée aux autorités par un indigène, les rescapés se retrouvent sur le pont d’un torpilleur rapide, le 7 Août, en route pour leur base. La noix de coco, passée à la postérité, reviendra à JFK et lui servira de presse papier sur sa table de travail du Bureau Ovale !

JF Kennedy et Caroline, en navigation
JF Kennedy et Caroline, en navigation

Le Honey Fitz (ex. Barbara Ann et ex. Lenore), ancienne annexe devenue motor yacht présidentiel !

Une fois parvenu au Bureau ovale, Kennedy trouve à sa disposition un motor yacht de 92’, le Lenore 2 (ex. Lenore et ex. Barbara Ann, qu’affectionnait particulièrement son prédécesseur, le général Dwight Eisenhower, artisan du débarquement de Normandie de 1944.

Honey Fitz, le motoryacht de Kennedy
Honey Fitz, le motoryacht de Kennedy

Ce dernier, ennemi du luxe ostentatoire, avait décommissionné le Yacht présidentiel Williamsburg, de 245’, qu’il jugeait trop “bling bling” en 1945, et dont le Barbara Ann était l’annexe ! Refité par Ike, Le Barbara Ann devint Lenore puis Lenore 2. Ce Commuter boat était un bateau destiné à transporter son armateur de sa résidence à son bureau...

Kennedy le refita aussi, le rebaptisant Honey Fitz à l'occasion, et s’en servit abondamment sur le fleuve Potomac, tout près de Washington, mais aussi à Newport ou Palm Beach. Il utilisait ce yacht en famille, et souvent en tête-à-tête avec ses enfants.

Manitou, the floating White House
Manitou, the floating White House

Manitou, the Floating White House

Bien qu’utilisant fréquemment le Honey Fitz, la voile manquait au Président. Victura, sur lequel il naviguait souvent encore en famille, s’avérait trop petit pour accueillir les membres de son cabinet dans le style de management décontracté qu’il affectionnait.

C’est ainsi qu’il fit rechercher un grand voilier sportif et élégant parmi les flottes dépendant des ministères et agences fédérales.

Manitou, the floating White House de JF Kennedy, en navigation
Manitou, the floating White House de JF Kennedy, en navigation

Construit en 1937 dans le Maryland par Davies & Sons et dessiné par Olie Sparkman (Le Sparkman de Sparkman & Stephens, architecte de Yachts mais aussi des Swan du finlandais Nautor), Manitou est un pur régatier des grands lacs. A l’époque de son lancement, son commanditaire s’était offert le plus rapide des voiliers du moment.

Grée en yawl Bermudien (ou encore yawl Marconi ou en français côtre à tapecul), fortement toilé, long et bas sur l’eau, rutilant de vernis et de bronzes, Manitou, (qui signifie “Esprit de l’Eau”, la divinité de toutes les divinités, en indien Algonquin) est un magnifique classique.

Ses 167m2 de toile portée au près pour 62’ et 27 tonnes (4 tonnes de lest) lui confèrent une très bonne vitesse grâce à une rapport surface de voilure au près/ déplacement de près de 19 !

Une fois repéré par le cabinet de JFK le voilier parti pour un chantier d’un type un peu spécial au cours duquel des équipements peu communs furent ajoutés à la cheminée déjà en place :

  • Une baignoire dans la cabine arrière et un système de production d’eau chaude.
  • Une radio longue portée cryptée autorisant même les communications avec Moscou, guerre froide oblige.
  • Une cache pour un pistolet automatique et ses munitions (plus tard remplacé par un lance-fusée).
pistolet caché à bord du voilier Manitou de JF Kennedy
pistolet caché à bord du voilier Manitou de JF Kennedy

A l’issue de ce chantier, JFK disposait d’un voilier, élégant, confortable et rapide, un quasi-bureau mobile qu’on n’allait pas tarder à surnommer “The Floating White House”...

A son bord, Kennedy recevait aussi bien les membres de son cabinet restreint que les membres de sa famille ainsi que, pour des visites nettement plus intimes celles, de Miss Marylin Monroe, par exemple.
Décommissionné, puis réarmé 15 ans après l’assassinat du président, Manitou servit comme bateau-école pour former des adolescents américains socialement défavorisés, tout à fait dans la veine du Bel Espoir du Père Michel Jaouen en France.

Retourné entre des mains de régatiers, il s’alignait encore l’année dernière au circuit des régates classiques avec notamment une participation aux voiles de Saint-Tropez ainsi qu’à celles d’Antibes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?

Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres