Le jeanneau Sangria, voilier de croisière vendu à plus de 3000 exemplaires !

 

Le jeanneau Sangria, voilier de croisière vendu à plus de 3000 exemplaires !

Lancé en 1970, le Sangria de Jeanneau représente l'archétype du petit croiseur familial, marin et bon marché. Hauteur sous barrot, aménagements modernes, bon comportement sous voile, tous les ingrédients d’un grand succès étaient réunis : un vrai “best-seller”, la meilleure vente de voiliers de tous les temps !

Le jeanneau Sangria, voilier de croisière vendu à plus de 3000 exemplaires !

Les années yéyés

Les années 1960, la prospérité et l’émergence d’une classe moyenne éprise de libertés donnèrent naissance à toute une génération d'amateurs de voile et de croisière, un marché de masse. Pour séduire ces nouveaux clients, il fallait proposer des voiliers attrayants et bon marché.

Jeanneau, constructeur réputé dans le domaine du motonautisme depuis l'après-guerre, avait déjà conçu quelques voiliers, mais ne comptait pas encore parmi les grands noms de la construction de ces navires.

C’est dans ce contexte que Henri Jeanneau confia, en 1969, à Philippe Harlé, l’architecte des Muscadet, la conception d’un nouveau quillard.

Le patron souhaitait construire un voilier économique, en composite fibre de verre, facile à vivre, bon marcheur, capable d’honorables performances sous voile, optimisé en vue d’une construction en grande série, pour entrer dans le marché de la croisière côtière.

Ainsi naquit Sangria, un nom qui évoque farniente et couchers de soleil, climat méditerranéen et dolce vita, bien avant l'apparition de la loi Evin !

Le jeanneau Sangria, voilier de croisière vendu à plus de 3000 exemplaires !

L’archétype du course-croisière familial

7,62 m de longueur, 2,70 m de largeur, Sangria fait office de petit bateau selon les standards actuels.

En 1970, il n’en était rien ! Avec ses 4 à 5 couchettes réparties dans une véritable cabine avant et les banquettes du carré, sa hauteur sous-barrots -1,80m- est acceptable (pour l’époque !) son eau sous pression, son WC marin, sa cuisine (huche à pain intégrée), sa glacière et sa table à carte, rien ne lui manquait pour une croisière côtière familiale confortable.

Mais confortable ne signifie pas forcément asthmathique : engagé dans la course COWES-DINARD de 1971, deux Sangria tous neufs et d'origine (petit tirant d’eau) raflent les 2e et 3e places dans leur catégorie et faisant jeu égal avec des voiliers bien plus puissants.

C’est que le Sangria était taillé pour marcher fort, quille à bulbe (permettant aussi l’échouage), 33m2 de surface de voiles au portant pour à peine deux tonnes en charge. Le spi pouvait compléter avantageusement l’ensemble et transforme le caractère du bateau aux allures portantes.

Disponible en version hors-bord ou in-bord, à un prix contenu, c’est le succès immédiat.

Le jeanneau Sangria, voilier de croisière vendu à plus de 3000 exemplaires !

Une construction rationalisée

La rationalisation du design et de la production, dès les premiers coups de crayon se retrouvent dans tout le bateau.

Coque simple sans contre-moule, meubles et cloisons assurant la rigidité nécessaire, utilisation de vaigrages plastiques, aménagements réalisés en série, construction en composite polyester fibre de verre, l’approche industrielle de rationalisation des coûts est omniprésente.

Cette approche, mêlant habilement technique et rationalisation, révolutionnaire à l'époque dans le monde de la construction de voiliers, est intimement liée à l’ADN de la marque. Jeanneau Technique Avancées (JTA), qui vit naître des multis de course et les catamarans Lagoon en découle directement.

Cette approche perdure évidemment chez Jeanneau même si tous les chantiers l’ont désormais adoptée.

Un très grand succès et une longue carrière

Construites aux Herbiers durant près de 13 années, les différentes versions du Sangria représentent le plus grand succès commercial de Jeanneau. On raconte qu'Henri Jeanneau refusa la demande de l’architecte de voir porter ses honoraires à 1,5% après la vente du 100e exemplaire pour lui offrir de la porter à 2% si le 150e était construit.

Ce ne sont pas moins de 3000 exemplaires de ce voilier qui sortirent d’atelier, pour les grznds bonheurs de l’architecte et du chantier et c’est aussi le plus grand succès commercial d’un voilier.

Deux fois modernisé, le Sangria connu aussi une version course, à grand tirant d’eau (GTE) et plan de voilure plus puissant et une version Sangria “NV” pour nouvelle version, avec de nouveaux lests et rails de fargue.

Le 1500e Sangria !

Le 1500e Sangria !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bouts, drisses et cordages (3/3) - Les fibres

Bilan électrique sur un bateau : comment le calculer et à quoi ca sert ?

Essai bateau à moteur : Bénéteau Flyer 7 Sundeck